Portraits de la densification > Les nouveaux voisins > Jonathan

Jonathan

Saint-Jean-Baptiste, Québec

Source : Francis Fontaine Photographe - Vivre en Ville

Pour Jonathan, vivre dans un quartier central, ça ne veut pas dire renoncer au plein air. Au contraire. Il utilise l’autopartage plusieurs fois par semaine pour retrouver en quelques minutes les grands espaces, pour faire du vélo de montagne, du ski de fond ou de la planche à neige. Et le temps qu’il gagne en travaillant et en faisant ses courses tout près de chez lui, il l'investit dans le sport. 

Jonathan a fait l’acquisition d’une unité de copropriété en 2016, devenant propriétaire pour la première fois. Il habitait déjà dans le quartier depuis 15 ans en tant que membre d’une coopérative. Il a acheté « sur plans ». Source : Francis Fontaine Photographe - Vivre en Ville

Il vit dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, à quelques pas des Plaines d'Abraham et des quartiers les plus animés de Québec : Montcalm, Vieux-Québec, Saint-Roch, Limoilou. La Colline parlementaire, où il travaille, n’est qu’à un kilomètre. En habitant aussi près de son bureau, il peut dîner chez lui tous les midis.

Ces derniers mois, nombreux sont ceux qui parlent du temps gagné en télétravail. « Ce dont ils parlent, c’est ma vie de tous les jours en fait! », lance Jonathan en riant, lui qui est souvent vu par ses amis comme un mouton noir. Parce que d’ordinaire, pendant que certains traversent la ville à l’heure de pointe, lui en profite pour faire sa course à pied. « Le temps, c’est bien la seule chose qui ne s’achète pas et qu’on ne peut pas rattraper », dit-il, satisfait d’avoir choisi la proximité.

Celle-ci est si importante pour lui qu’il a demandé à être réaffecté quand son ancien employeur a déménagé dans un quartier excentré : « C’était hors de question de faire de longs allers-retours matin et soir. »

Jonathan n’a pas de voiture. Aimerait-il en posséder une ? Oui et non. Ça lui permettrait d’être plus spontané dans ses déplacements, c’est vrai. Mais il y a tellement d’autres choses en jeu que la spontanéité, explique-t-il, ne serait-ce qu’en raison des coûts associés et de l’entretien. 

« J’aime habiter et vivre dans un quartier central, j’aime pouvoir faire tout à pied et avoir tout à proximité : les restos, les cafés, y compris mes amis qui habitent, en grande majorité, proche de moi. » Source : Francis Fontaine Photographe - Vivre en Ville

Jonathan prend plaisir à parler d’Amsterdam, une ville qu’il adore. Il aimerait qu’à l’image de ce qui se fait là-bas, davantage de place soit consacrée aux piétons et aux cyclistes dans son quartier. Le silence qui s’est installé durant les mois de confinement du printemps 2020 et la façon dont les gens de son quartier se sont réappropriés les rues en l’absence des automobiles l’ont amené à rêver d’une ville un peu moins motorisée, un peu plus humaine.

Découvrir d'autres portraits

Marion

Montréal, La Petite-Patrie

Pascale

Québec, Saint-Roch

Jean-Claude et Liliane

Québec, Saint-Sacrement

Voir plus